Default profile photo

24 Novembre 2017 | 6, Kislev 5778 | Mise à jour le 24/11/2017 à 14h02

2 décembre - Chabbat Vayichla'h : 16h38 - 17h50

Rubrique France/Politique

Marc Knobel : Ce 20 janvier, le calvaire puis le meurtre d’Ilan Halimi

Marc Knobel (DR)

Le billet de la semaine par Marc Knobel, Historien, directeur des Etudes au Crif.

Le 20 janvier 2006, Ilan Halimi a rendez-vous dans la soirée avec la jeune Emma, qui l’a abordé trois jours plus tôt dans le magasin de téléphonie où il effectuait un remplacement. La mineure est un appât « loué » par un certain Youssouf Fofana, dont le plan est d’enlever un Juif « parce qu’ils sont bourrés de thunes ». Emma entraîne Ilan dans le sous-sol d’un immeuble à Sceaux. Là, ses complices le neutralisent, puis l’emmènent jusqu’à un appartement vide à Bagneux. Pendant les semaines suivantes, Ilan est torturé. Le 21 janvier, Youssouf Fofana envoie depuis un cybercafé une photo d’Ilan à sa famille, sur laquelle le jeune homme apparaît menacé par un pistolet. Fofana exige une rançon de 

450 000 euros. Il quitte ensuite la France pour la Côte d’Ivoire, laissant l’otage à des complices. Ceux-ci, devant l’absence de réaction de la famille, s’impatientent. Les jours passent, les échanges téléphoniques avec la famille se multiplient, le montant de la rançon ne cesse de changer. De retour en France, Fofana avertit un rabbin « qu’un Juif a été kidnappé » et le guide jusqu’à une boîte à lettres, où l’homme découvre une cassette audio sur laquelle est enregistré un message de l’otage « en sanglot, à bout de force, parlant des sévices subis ».  Dans la nuit du 29, il le transporte jusque dans les caves d’un immeuble voisin. Le 31, un cousin d’Ilan trouve une cassette vidéo de l’otage, suppliant qu’on paye la rançon, ainsi qu’une photo de lui, en peignoir, menotté. La situation s’enlise. Ilan s’affaiblit. Il est dévêtu, toujours ligoté, à peine nourri. Le 4 février, Fofana repart en Afrique d’où, le 6, il organise une remise de rançon. Le ravisseur demande que l’opération se fasse à Bruxelles. Le père d’Ilan refuse. D’Afrique, Fofana demande alors à ses complices de photographier l’otage, une photo où Ilan serait 

« en sang ». Ce dernier est trop affaibli pour supporter des coups, alors ils lui entaillent la joue au cutter. Le dimanche 12 février, Fofana rentre à Paris. Ses complices en ont visiblement assez. Il leur assure qu’il va relâcher Ilan. Puis, afin d’effacer les indices, Ilan est lavé, ses cheveux sont rasés. Le 13, à 5 h, les membres du gang voient Fofana s’éloigner au volant d’une voiture volée. Son otage se trouve dans le coffre. Plus tard, une passante en voiture repère Ilan, couché le long d’une voie de chemin de fer, à Sainte-Geneviève-des-Bois. Il est nu, menotté et bâillonné. Son corps est couvert de brûlures. Il meurt au cours de son transfert vers l’hôpital. Le 15 février, Audrey Lorleach, membre du Gang des Barbares, dénonce les faits à la police. Youssouf Fofana se réfugie en Côte-d’Ivoire où il est arrêté avant d’être extradé vers la France. Il est mis en examen et écroué. En France, l’émotion est immense. Plusieurs manifestations sont organisées. Les réactions se multiplient dans la presse et les médias pour condamner ce meurtre odieux. Pourtant, l’incertitude demeure. Est-ce un crime crapuleux ? Ou est-ce, circonstance aggravante, un crime antisémite ? La question est bientôt tranchée : le 5 mars, les magistrats instructeurs retiennent la circonstance aggravante d’antisémitisme. Plus de doute, il s’agit d’un crime antisémite. Immédiatement, le ton change. 


« Le 5 mars, les magistrats instructeurs retiennent la circonstance aggravante d’antisémitisme.»


C’est le 29 avril 2009 que s’ouvre le procès des membres du Gang devant la cour d’assises des mineurs de Paris. Il se tient selon les règles de publicité restreinte car certains des accusés sont mineurs au moment des faits. Youssouf Fofana se livre à d’intolérables provocations. Tout sourire, il lance « Allah vaincra ». Lorsqu’on lui demande son identité et sa date de naissance, il répond « Arabe, Africain, islamiste et salafiste » et dit être né le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois – date et lieu de la mort de sa victime. Puis, Youssouf Fofana reconnaît avoir versé un liquide sur le corps d’Ilan et l’avoir enflammé avec un briquet. Le 11 juillet 2009, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Les verdicts prononcés à l’encontre des autres prévenus vont de 18 ans de prison ferme à l’acquittement. 

Ilan Halimi est le premier Juif qui ait été assassiné en ce XXIe siècle. Chez les Juifs de France, le traumatisme est immense et la douleur est incommensurable. Quelques années plus tard, en ce 20 janvier 2017, personne n’arrive à oublier le meurtre d’Ilan, pas plus que les cris d’horreur de sa mère lors de son enterrement.

Powered by Edreams Factory