Default profile photo

24 Novembre 2017 | 6, Kislev 5778 | Mise à jour le 24/11/2017 à 14h02

2 décembre - Chabbat Vayichla'h : 16h38 - 17h50

Rubrique Judaïsme

Il était une fois le pèlerinage à Meron

Des milliers de pèlerins se rendent sur le tombeau de Rabbi Shimon Bar Yokhaï (Flash90.)

Tous les ans, lors de Lag BaOmer, des centaines de milliers de pèlerins viennent visiter la tombe de Rabbi Shimon Bar Yokhai à Meron. En a-t-il toujours été ainsi ?

Sans aucun doute, la tombe de Rabbi Shimon Bar Yokhai (auquel est attribuée, traditionnellement, la rédaction du Zohar) et celle de son fils Elazar à Meron, en Galilée, ont une authenticité plus fondée que d’autres puisque celles-ci sont déjà mentionnées dans le Talmud. Ceci n’empêche pas qu’au Moyen Âge, ceux qui se rendent sur le site y vont surtout pour se recueillir sur les tombes voisines des célèbres Hillel et Shamai (quoiqu’en passant, ils pouvaient faire de même sur celle de Rabbi Shimon) ou pour profiter de ses « eaux miraculeuses ». Et ce, de plus, le jour de Pessa’h sheni (soit le 14 du mois de Iyar). Ainsi s’explique le fait que les deux célèbres voyageurs/chroniqueurs de l’époque, Binyamin de Tudela et Petahia de Regensburg, parlent de Meron mais ne mentionnent même pas les célèbres père et fils.

Cela va changer au 16e siècle ; et pour deux raisons. La première est liée à l’installation des sages espagnols (suite à l’expulsion de 1492) dans la ville proche de Safed. Ceux-ci, parmi lesquels se trouvent, entre autres, le cabaliste Rav Moshe Cordovero et l’auteur du Shoul’han Aroukh, Rav Yossef Caro, prennent, en effet, l’habitude de venir prier sur la tombe de Rabbi Shimon. Mais, notons-le au passage, pas particulièrement lors de Lag BaOmer. 

L’autre événement est plus lointain. Depuis le 12e siècle, les pèlerins ont l’habitue de se rendre en grande pompe, tous les ans, le 28 Iyar, sur la tombe du prophète Samuel située près de Jérusalem. Or, suite à des changements politiques dans la ville sainte survenus vers 1570, cette festivité est interdite aux juifs. Qui, selon les historiens, se rabattent, alors, sur Meron… et finissent par imposer Lag BaOmer comme jour de pèlerinage. En fait, le premier témoignage de cette nouvelle pratique sera celui du disciple de Rav Itzhak Louria (le Arizal), Rabbi Haim Vital qui note que l’année même de son arrivée en Terre Sainte (en 1570), son maître va « pèleriner » Rabbi Shimon Bar Yo’hai à Meron avec sa famille en ce 33e jour du Omer. 


Le nombre des participants, lui aussi, a très nettement évolué

Or, ce « nouveau pèlerinage » ne fait pas l’unanimité. Non seulement les cabalistes de Safed continuent à visiter le site à d’autres dates mais certaines sommités condamnent même les réjouissances qu’ils jugent par trop profanes. C’est, notamment, le cas de Rabbi Yossef Caro ou, bien plus près de nous (soit au 19e siècle), du ‘Hatam Sofer (Rav Moshe Sofer de Pressburg). Mais, ces réserves n’empêchent pas l’événement de prendre de l’ampleur. Certains pèlerins juifs, au fil des siècles, viennent même des pays avoisinants pour participer aux réjouissances. De ce fait, le « look » de Meron évolue. A la première structure modeste, bâtie sur place par Rabbi Avraham Galante (à la fin du 16e siècle), viennent s’adjoindre lors des 200 ans suivants, des pièces et des grandes salles pour recevoir ceux qui font le voyage. Les derniers véritables ajouts datent de la fin du 19e siècle, et, aujourd’hui, le site a plus ou moins la même apparence qu’il y a cent ans, les pèlerins actuels, bien plus nombreux, étant, pour la plupart, logés dans des tentes.

Car, le nombre des participants, lui aussi, a très nettement évolué. Bien que ce pèlerinage ait  toujours été très « couru », ce sont, aujourd’hui, plusieurs centaines de milliers de personnes (jusqu’à 500 000 selon certains) qui participent à l’événement. Ce qui a amené des « anciens » à regretter le « bon temps » où la cohue actuelle n’était même pas envisageable. Mais, en la matière, rien ne sert d’être passéiste : la hiloula de Rabbi Shimon Bar Yokhai est destinée à rester une grande fête mystique… et populaire. 

Powered by Edreams Factory