Default profile photo

21 Septembre 2017 | 1er, Tishri 5778 | Mise à jour le 20/09/2017 à 12h11

Rubrique Culture/Télé

Jeremy Hababou : « La France se démarque par son accès à la culture »

(DR)

Petit protégé d’André Manoukian, compositeur d’un premier album intitulé « Run Away » et chouchou des ondes de TSF Jazz et de France Inter, le pianiste franco-israélien Jeremy Hababou démarre une carrière sur les chapeaux de roues.

Actualité Juive: Vous avez quitté Raanana à 24 ans pour vous installer en France parce que selon vous c’était le paradis de la musique. Cette ville a-t-elle tenue ses promesses ?

Jeremy Hababou : Oui en quelque sorte. La France est une chance incroyable pour les artistes de tous les horizons. Quand je suis arrivé à Paris il y a deux ans, après mon service militaire en Israël, j’ai découvert un paradis. La France se démarque par son accès à la culture. Les Français ont un budget culture énorme ! Ce qui me fascine en France, c’est que les Festival sont financés par l’argent public donc en quelque sorte, les gens n’ont pas le choix de sacrifier du budget pour elle. En ce qui concerne le Jazz, il y a un vrai public : la radio TSF jazz par exemple en diffuse en continu.  En Israël, on fait toujours cette blague : « Il y a plus de musiciens sur scène que dans la salle », pourtant Israël porte des musiciens immenses de renommée internationale. Avishaï Cohen en est un exemple. 


A.J.: Vous êtes considéré comme le petit protégé d’André Manoukian. Comment s’est déroulé votre première rencontre? 

J. H. : Je ne vais pas vous le cacher, au départ, ce n’était pas évident de l’approcher. Pendant un an, je lui ai écrit des messages, mais mon côté israélien, « houtzpa » comme on dit en hébreu, m’a poussé à m’obstiner. André a fini par me donner un rendez-vous à la maison de la radio. Je l’ai rejoint dans une loge et on a fait un bœuf tout à fait naturellement. Il m’a tout de suite demandé de lui donner des cours, puis il m’a invité dans différentes émissions à la radio où j’ai pu rencontrer différents artistes et me faire connaître… Il m’a beaucoup apporté et contribué à l’évolution de ma carrière. 

Nous avons même fait un concert ensemble, pour le festival JAZZ'N'KLEZMER, c’était un moment magique.


A.J.: Où en êtes-vous dans votre parcours artistique ? Prévoyez-vous votre prochain album ?

J. H. : Tout a déjà été très vite pour moi. J’ai enregistré mon premier album en 2013 et celui-ci a eu un très bel accueil : j’ai eu une belle presse, des articles dans Télérama, on m’a consacré une chronique au Grand Journal sur Canal +, et au JT de TF1. J’ai commencé à jouer dans de belles salles parisiennes comme au Duc des Lombard, au Sunside, au New Morning… puis j’ai mis un pied dans l’univers de la musique de film. J’ai composé deux titres pour le film « Django », et joué pour la musique du film  « La promesse de l’Aube » qui sortira prochainement dans les salles. Je rencontre beaucoup de gens très généreux qui m’ouvrent des portes. Prochainement, je joue au Festival de Chamonix le 26 juillet au « Cosmo-jazz », à La Maison des Artistes et je suis en train de travailler sur mon deuxième album. Je n’ai pas encore fixé de date de sortie.

Powered by Edreams Factory