Default profile photo

26 Septembre 2017 | 6, Tishri 5778 | Mise à jour le 26/09/2017 à 07h37

Rubrique Monde juif

Guila Clara Kessous : « Elie Wiesel voulait être un Juif dans l’Humanité »

Crédit EWGCK

Guila Clara Kessous est considérée comme la fille spirituelle d’Elie Wiesel. Elle s’emploie aujourd’hui à diffuser sa pensée le plus largement possible.

Actualité Juive : Un an après le décès d’Elie Wiesel, comment sa pensée trouve-t-elle résonance dans l’actualité ?
G. C. K. 
Le message d’Elie Wiesel est un témoignage universel qui trouve un écho particulier dans la période de troubles que nous vivons actuellement. Tous les massacres qui sont encore perpétrés aujourd’hui, toute la peur que provoque le terrorisme, demandent une étude approfondie du témoignage du survivant pour étudier les mécanismes de la montée des extrémismes et déconstruire les effets de galvanisation des foules par des stéréotypes racistes qui mènent à la haine. 

A.J.:  En quoi le théâtre était pour lui un vecteur particulier de la mémoire de la Shoah ?
G. C. K. –
En effet, j’ai eu la chance de pouvoir travailler pendant huit ans avec Elie Wiesel. Il m’a proposé d’être mon directeur de thèse à l’Université de Boston et j’ai eu la chance de le rencontrer toutes les semaines pour approfondir ce lien entre théâtre et mémoire : comment une représentation théâtrale permet au témoin de « faire sortir » l’horreur vécue pour mieux l’ « actualiser » dans une symbolique universelle pour un public large. Il m’a donné la chance d’avoir accès à des trésors d’archives, des pièces non publiées, certaines de jeunesse. Il avait une grande foi dans le théâtre comme vecteur de changement social et sociétal. Pour lui, le théâtre avait du sens parce que c’était la plus petite expression, peut être la plus pure d’un dialogue d’hommes à hommes. Pour lui, la meilleure des transmissions était la relation Maître/Elève, c’est pour cela qu’il a consacré une grande partie de sa vie à l’enseignement.

A.J.:  A son époque déjà commençait à pulluler le négationnisme. Quelles armes proposait-il contre les faussaires de l’Histoire ?
G. C. K. –
Elie Wiesel voulait être un Juif dans l’Humanité. Il a replacé la Shoah dans un contexte de souffrance universelle et a été au bout de sa démarche en montrant sa sensibilité à d’autres barbaries, comme celles qui se sont déroulées en Bosnie par exemple. Sa façon de combattre le négationnisme était de montrer que la Shoah est une question qui touche l’humanité entière dans son rapport à l’intégrité du genre humain… Il nous disait souvent en cours que c’était dans notre volonté de continuer à faire vivre cette mémoire éternellement que nous deviendrions des « témoins des témoins », prenant le relais de ceux qui avaient souffert, ceux qui n’étaient pas éternels…

Powered by Edreams Factory