Default profile photo

18 Novembre 2017 | 29, Heshvan 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Rubrique Régions

Alexis Moncorgé : « La lecture de cette nouvelle a été un électrochoc »

Alexis Moncorgé est fasciné par ce texte écrit en 1922. (DR)

Alexis Moncorgé, l'acteur qui a interprété l’adaptation d’ « Amok » (Molière 2016), évoque cette pièce qui a rencontré le succé partout.

Actualité Juive : Pourquoi avoir choisi de jouer « Amok », un texte difficile qui est peu joué sur les planches ?

Alexis Moncorgé : Je voulais interpréter un monologue, je voulais me risquer vers ce vertige de l'acteur seul en scène. J'ai beaucoup lu de monologues mais pas un n'a retenu ma ferveur. Je suis tombé sur cette nouvelle par hasard ; sa lecture a été un électrochoc pour moi. Le thème de l'amour-passion mortel m'a emballé de suite, le format de la confidence se prêtait parfaitement à un monologue et la course poursuite fiévreuse de cet homme me permettait en tant qu'acteur de traverser un large panel de couleurs de jeu et d'émotions.


A.J.: Comment vous sentez vous après ces deux années intenses de succès dans toute la France ?

A.M. : Je me sens épuisé. J'ai besoin d'un break, de revenir aux bases. Je suis un terrien, élevé à la campagne. Je sens que j'ai besoin de me reconnecter à mes racines pour un temps, loin du tumulte parisien. L'acteur est sa propre matière, il est important de se régénérer ailleurs que dans notre métier/passion, et de savoir quand le moment est venu pour cela. J'ai poussé mes limites pendant ces deux ans, des vacances vont me faire du bien.


A.J. : Avez-vous des projets professionnels avec Amok ou sans Amok ?

A.M. : J'ai tourné aux côtés de Denis Podalydès dans un film qui sortira le 13 septembre, « Les grands esprits », une comédie romantique qui se déroule dans le milieu éducatif en banlieue. Amok reprend à Paris au théâtre du Lucernaire du 11 octobre au 3 décembre, puis repart en tournée et reviendra pour un dernier tour de piste en Avignon en 2018. La suite  est belle, mais il est encore trop tôt pour en parler.

Powered by Edreams Factory